Le corps a une mémoire !

« Votre corps a une mémoire »

c’est le titre d’un livre passionnant de Myriam Brousse.

 

Les chercheurs ont mis en évidence que nous ne contrôlions avec notre volonté que 2 à 4 % de nos réactions aux stimuli extérieurs, évènements, etc.,  les 96-98 % de nos réactions étant dictées par notre inconscient.

Si vous avez lu l’article « Se libérer facilement d’une phobie » vous vous rappelez peut-être  cette citation :

« Nous ne  réagissons pas à la réalité telle qu’elle est, mais à ce qu’elle réveille de souffrance en nous ».

Pour traiter une peur, phobie ou n’importe quelle réaction émotive face à une situation donnée, la méthode NERTI décrite dans l’article précité, donne des résultats ultra-rapides et permanents. Dans la plupart des cas, une seule séance suffit à vous libérer définitivement.

Comment  expliquer ces réactivités émotionnelles ?  

Il nous faut chercher la « blessure initiale » dans les 9 mois de la vie fœtale, au moment où tout n’est que sensations, sans paroles ni explications. 

Au stade intra-utérin, chaque information reçue est traitée dans un objectif de survie et de croissance. Lorsque l’enfant à naître, quel que soit le stade, reçoit une « information » ou une sensation qu’il ne sait pas traiter, dont il ne sait pas quoi faire, il va la stocker dans la mémoire de son corps, en même temps que l’inquiétude, la panique ou l’affolement qu’elle provoque.

Et c’est cet impact, engrammé dans notre mémoire corporelle, qui va se réveiller régulièrement tout au long de notre vie, Cela peut provoquer à nouveau, avec de plus en plus d’intensité, inquiétude, panique et affolement.

 

Modifier l’interprétation

Voilà pourquoi, les résultats sont si spectaculaires avec la méthode NERTI : on permet à la partie consciente de nous-même de revivre ces sensations primitives de peur, d’inconfort, de stress, etc. Notre cerveau va maintenant pouvoir en modifier l’interprétation, leur enlevant ainsi toute charge émotionnelle. 
En effet, dans la période fœtale, l’analyse et le raisonnement n’existent pas encore, le petit d’homme n’a aucune prise sur ce qu’il vit et ressent. Il n’a que la  possibilité de classer ses sensations : catégorie agréable, catégorie désagréable ou catégorie inquiétante, par exemple. J’aime, je n’aime pas ou ça me fait peur.

Si nous n’avons aucune idée de ce qui a pu les provoquer, nous pouvons toutefois être 100% sûrs que leurs manifestations vont se faire sentir dans notre existence, à divers degrés, du simple inconfort à la réactivité émotionnelle extrême. Bien que ces « expérimentations » sensorielles et émotionnelles ne soient inscrites que dans la mémoire sensorielle, elles nous accompagneront tout au long de notre parcours de vie.

Si une personne a expérimenté beaucoup de sensations de stress dans le ventre maternel,  engendrant  des émotions désagréables et perturbantes, sa « mémoire traumatique » va fort probablement se manifester plus intensément et fréquemment que chez une autre.

Vous pouvez vous libérer facilement et définitivement de ces états de réactivité !

 

Que peut-on traiter ? 

Outre les peurs et phobies, on peut traiter tout ce qui nous fait réagir de manière excessive, exagérée ou irrationnelle : crispation au volant, jalousie, suite de deuil, timidité, prise de parole en public, colère « chronique », etc

J’ai personnellement eu d’excellents résultats avec la méthode NERTI (Nettoyage Emotionnel Rapide de Traumatismes Inconscients). Vous trouverez quelques autres témoignages au bas de l’article « Se libérer facilement d’une phobie » 

 

Témoignages

 

Témoignage vidéo suite à la libération de la peur de l’avion

 

Pour voir la vidéo de témoignage suite à la libération du vertige, cliquer ici

WhatsApp reçu après une séance sur un deuil douloureux :

photo 2

 

WhatsApp suite à une séance sur une émotivité

photo 1

 

 

 

 

 

Laisser une réponse